VAS PLUS LOIN

Va plus loin :

C’est le thème de l’Homélie de la messe de profession temporaire

Des sœurs Camelie et Clarisse fmm

                        Vas plus loin…le voyage est à peine commencé… !

C’est par cette phrase que le célébrant principal a commencé son homélie, pour exhorter nos deux sœurs  à prendre conscience de l’engagement qu’elles vont bientôt prendre  à la suite du Christ, comme religieuses, en suivant le charisme que Dieu a confié à sa servante la Bienheureuse Marie de la Passion.

 ‘ Allez plus loin ‘ est une invitation à faire davantage pour Dieu, à mieux faire, à exceller. Dans la première lecture ((Is. 6, 1-8) on nous parle d’une réponse radicale après avoir fait l’expérience de l’amour de Dieu. Dire devant Dieu : me voici, envoie-moi est une parole de conviction, où le for intérieur mobilise l’être et l’engage à l’action.

Mais une vocation passe par les doutes, tâtons, incompréhensions, hésitations. Tout appel de Dieu étonne, car il montre les limites et faiblesses de la personne qui est choisie. Samuel a entendu trois fois l’appel, mais c’est grâce à l’aide d’Elie qu’il a répondu à Dieu. Moïse étonné de la grandeur de sa mission simplement constaté son incapacité de parler.  Tout cela pour dire que Dieu ne nous choisit pas à cause de nos qualités, mais parce que c’est sa volonté. Parce qu’il sait ce qu’il veut faire de vos vies.

D’où la confiance est le maître mot de votre libre engagement. Dans les expériences d’incompréhensions, de souffrances, d’injustice, de révolte intérieure ou de crise vocationnelle, la confiance est l’unique arme qui apport la paix  et rassure l’avenir. Job malgré la perte de sa famille et de ses biens, ils se sont tous abandonnés en toute confiance entre les mains de Dieu, qui donne désormais sens à leur vie.

Chère Camelie et Clarisse aujourd’hui vous voulez temporairement exprimer à Dieu votre volonté à être disciples comme l’avait fait le prophète Isaïe : me voici ; envoie-moi. Mon souhait est que vos paroles soient performatives, c’est-à-dire que vos paroles se confirment à  .travers les actes que vous poserez. Car il y a des gens, nombreux sont-ils d’ailleurs, dans ce monde qui prennent de grandes résolutions ou font de belles promesses alors que leurs actes traduisent autre chose.

Jésus dans le passage de l’Evangile selon (St Lc  14, 25-33)  pour cette  circonstance, pose trois différentes conditions afin d’être  considéré comme disciple.

Premièrement, Jésus dit : « Si quelqu’un vient à  moi sans me préférer à son père, sa mère, sa femme, ses enfants, ses frères et ses sœurs, et même à sa propre vie… » La première condition est le renoncement affectif ou mieux au détachement de vos désirs ; cette condition est intrinsèquement liée au vœu de chasteté…qui n’est pas seulement en terme d’une renonciation à la vie conjugale ou à la sexualité, je l’oriente plus vers l’ouverture au monde.

Celui ou celle qui veut être disciple doit préférer Jésus plus que ceux qui lui sont attachés par le lien de sang, d’affection ou à la vie conjugale, par le lien tribaliste, et voire par son amour propre (sa beauté, son corps, son intelligence, ses convictions, sa volonté).

Je voudrais attirer l’attention de ceux qui représentent les familles de Clarisse et Camelie. Lorsque Jésus dit me préférer à vous, il ne veut pas dire que vos liens sont maintenant du passé ou une histoire antique… Chers parents, vos filles restent membres de vos familles, mais elles préféreront Jésus plus que vous. Cette préférence est la capacité de prendre distance par rapport aux événements. Votre devoir est d’être  très regardant vis-à-vis du choix de vos filles. les aider à ne préférer que Jésus. Si jamais elles amènent ou apportent, dans vos maisons, d’autres préférences que Jésus, il faut toujours les rappeler leur engagement devant Dieu.

En effet préférer Jésus à… ; ou aimer Jésus plus que… est une rupture radicale aux valeurs mondaines qui véhiculent la haine, la violence, l’injustice, la division entre les humains, l’égoïsme ; le plaisir déréglé et l’attachement aux coutumes qui ne respectent plus Dieu ; une invitation à l’amour sans limite impliquant ainsi le sacrifice et l’humilité comme valeurs clés.

La deuxième condition est le fait d’accepter  de porter sa croix personnelle pour marcher à sa suite. Chères sœurs, vous connaissez déjà les Franciscaines Missionnaires de Marie. Elles sont des disciples de Jésus comme l’était Saint Pierre avec leurs qualités et leurs défauts. Et vous allez collaborer dans votre apostolat avec les hommes et les femmes de  ce monde qui, à un moment, risque de se transformer pour vous en loups sur terre.

Vous expérimenterez la fatigue et la tentation de vous arrêter, d’abandonner la route. Le vent violent soufflera sous vos épaules, la chaleur du soleil brulera votre front et les pluies torrentielles arroseront vos habilles. Vous traverserez de moment de tristesses, de déception, de remise en question, d’obscurité. Accepter de porter sa croix est d’accepter d’obéir à Dieu dans la réalité qui sera la vôtre. Le niveau de persévérance détermine le degré de votre sens d’obéissance à travers les peines, les souffrances, les humiliations. Même si vos vœux sont temporaires, ils doivent vous orienter vers les perpétuels pour que votre choix d’aujourd’hui vous mobilise jusqu’à la fin de votre vie et vous pousse à dire comme Jésus  l’avait fait : tout est accomplie.

La dernière condition est de tout lâcher, tout abandonner pour suivre Jésus. Cela est en quelle que sorte votre vœu pauvreté. L’ordre de l’avoir, du pouvoir et de l’honneur vous aveuglent et ne vous permettent pas à bien discerner. Les deux paraboles de l’homme qui veut bâtir une tour et du Roi qui veut aller en guerre doivent vous pousser à faire face à ce que le monde actuel propose.

Je voudrais conclure par une expression que le Christ a utilisée à la fin de chaque condition : « ne peut pas être mon disciple ». Expression dure  et directe qui vous pousse à éviter la  médiocrité. Chère Clarisse et Camélie, vous êtes jeunes, belles, intelligentes, courageuses et joueuses. Mettez toutes vos qualités au  service de Dieu et développer- les pour cette fin. Que les antivaleurs de ce monde ne vous éblouissent pas au risque d’être des FMM médiocres.  Au contraire, développez vos qualités pour proclamer la bonne nouvelle ; faites mieux que celles qui vous ont précédées dans la famille Franciscaine. Je souhaite que votre  jeunesse apporte du sang nouveau au magnifique travail que vos aînées accomplissent chaque jour.

Aujourd’hui, vous prononcerez vos vœux temporaires, et quelques années vos vœux perpétuels. Et chaque jour vous allez prendre de l’âge. Même si le corps vieillit que votre esprit reste toujours jeune, car il y a des religieux et religieuses qui deviennent vieilles/vieux seulement deux jours après les premiers vœux à cause de la médiocrité de leur vie.  C’est pour cela je vous exhorte de prier sans cesse. Grâce à votre prière, Dieu fera descendre sur vous sa bénédiction ; cette bénédiction va fortifier vos pieds, car la route est encore longue devant vous. Elle rendra votre route toujours plus agréable et vous montrera comment cheminer toujours à ses côtés.   Chacune de  vous  sentira parfois un voyage solitaire pour découvrir l’amour préférentiel   pour vous.

Seigneur aide  Camélie et Clarisse à découvrir ce que signifie pour elles faire route ensemble avec toi, c’est l’unique condition pour qu’elles aillent plus loin et être de bonne Franciscaines Missionnaires de Marie. Amen.

Père Pascal RUMB sj

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Powered by WordPress | Designed by: search engine rankings | Thanks to seo services, denver colorado and locksmiths