L’ANNIVERSAIRE DE LA FONDATION DE L’INSTITUT

L’ANNIVERSAIRE DE LA FONDATION DE L’INSTITUT

Du 06/01 /1877  au 06/01 /2019  142 ANS DE VIE

DANS  L’EGLISE ET DANS LE MONDE.

06 JANVIER 877, date historique de la  naissance de l’Institut des Franciscaines Missionnaires de Marie dans l’Eglise et dans le monde. Fondé en Inde précisément à Protactinium par la Bienheureuse Mère  Marie de la Passion. Dans le monde  Marie Hélène de Chapelain.

La Bienheureuse Mère Marie de la Passion fut une femme de vision qui voyait grand !

  • Le 06 Janvier 1877, fête de l’épiphanie, coïncidence dans laquelle Marie de la Passion voyait le signe de la vocation des Missionnaires de Marie. Elle communiqua à ses compagnes restées à Ootacamund, le résultat positif des démarches préliminaires : « La naissance du nouvel institut »
  • A cette nouvelle, les religieuses d’Ootacamund chantèrent «  à Marie, au salut, le cantique d’action de grâce ». La date du 06 janvier est la date « traditionnelle » de la fondation de l’Institut. :[1]
  • «  Continuer l’épiphanie du Seigneur en contribuant à le manifester aux nations païens », tel était, comme le soulignera souvent Marie de la Passion, le but spécifique donné par le Saint Siège lui-même à ce nouvel Institut des Missionnaires de Marie. C’est ce qui est explicité dans nos Constitutions : «  A  tous, nous voulons aller, comme le Christ, avec un cœur humble… [2] »
  • NAISSANCE DU CHARISME : EN PERSPECTIVE
  • L’appellation « Missionnaires de Marie » les raisons en sont explicitement données par la Fondatrice en ces termes :
  • «  Qui dit Missionnaires de Marie dit celles qui doivent continuer sur terre l’action de leur Mère. Avec Jésus Rédempteur, avec Marie sa mère, une missionnaire de Marie doit-être une victime de réparation contribuant, autant que possible, au règne de Dieu et au salut des âmes »
  • Vouées à l’universel, les religieuses auront comme seul programme, à l’image de Marie, d’aimer le Christ, de le servir et de proposer l’évangile à la terre entière. Car, précisera-t-elle plus tard dans une méditation : «  L’action de Marie est de donner Jésus à l’humanité. Elle le donne dans l’Incarnation, elle le donne à la Nativité, elle le donne à l’épiphanie, à Cana, au Calvaire. Là, elle enfante l’Eglise et devient sa mère »

Mais plus profondément l’orientation fondamentale de la congrégation se déplace de la conception d’une vocation spécifiquement réparatrice à celle de « victime et missionnaire » L’Institut est essentiellement destinée à la mission ad extra. Quant à la spiritualité mariale, elle tend vers un idéal de vie cachée. « … c’est surtout à Nazareth, que la Vierge Immaculée a coopéré plus qu’autre créature au salut du genre humain… »  [3]

  • Marie de la Passion ignorait, qu’elle portait en elle comme dans ‘’ un vase fragile’’, un trésor de grand prix : « Le charisme de Fondation » qui avait ses racines dans son ‘’ charisme personnel.’’ Et ce dernier, se trouve contenu  dans  trois événements fondamentaux  relatés par les textes ci-dessous

En 1856, à 17 ans, à la fin de la retraite chez les Dames du Sacré-Cœur, Hélène a vécu  une expérience mystique où Dieu s’est  révélé comme ‘’un Dieu amour : Je t’aimerai plus que tu ne m’aimeras…’’  Hélène fut saisie par ‘’l’éblouissement de la Beauté de Dieu….’’ A partir de ce moment là, elle a pris conscience de ‘’ l’amour fou pour  Dieu  qui l’habitait depuis son enfance…’’ Cet amour constituera une force persévérante dans les épreuves.  Et  la vocation religieuse s’est imposée à la conscience d’Hélène… Elle y a répondu par le don total d’elle-même…

    Le 23 /01/1861, à 22 ans, Hélène fera  une autre expérience mystique aux  Clarisses où Dieu lui révéla la mission qu’Il attend d’elle : ‘’être crucifiée à la place du Saint Père.’’ Et l’imposition  d’un nom nouveau : ‘’Marie Victime de Jésus et de Jésus crucifié’’. Le contenu de cet événement du 23/01/1861, ‘’constitue le noyau central de son charisme’’, elle y  revenait régulièrement à chaque fois qu’elle faisait la relecture de sa vie… 

    Et de 1864-1876, à 37 ans, Dieu va la conduire dans la Société de Marie Réparatrice où elle vivra  l’expérience de la vie  missionnaire  pour  être apôtre, porteuse de la Bonne Nouvelle du salut à toutes les nations. Ensuite, elle y  découvrira également la puissance de l’adoration en lien avec la mission…Enfin, l’approfondissement de la vie de Marie dans le mystère de Nazareth

Le charisme de Marie de la Passion, don du Saint-Esprit,  toujours vivant et dynamique, a connu une croissance jusqu’en 1877. Une maturation spirituelle extraordinaire fruit de ses expériences d’union  personnelles avec son Dieu, pour devenir une expérience spirituelle de vie adoptée par un groupe, qui le fera vivre jusqu’en 1885, le moment où il sera transcrit dans les Constitutions, pour être vécu par toutes les générations présentes et futures. Il s’est  épuré et affermi par les différents  événements surtout douloureux qu’elle a vécus…

En faisant la relecture de ces événements, elle témoignera  de ses souffrances au moment de la fondation, disant : «…Lors de mon premier voyage à Rome, lorsque les peines de toutes sortes, tant intérieures qu’extérieures, m’assaillaient sans relâche, j’avais comme conviction que Notre Seigneur ne m’en voudrait pas si, lasse de tout, j’allais chercher dans l’ombre Celui qu’il n’était donné à personne de m’enlever, Notre Seigneur Jésus-Christ… » [4]

Soutenu par l’action de l’Esprit-Saint, son charisme s’est enrichi par les  ‘’différentes  touches du Seigneur’’  depuis son enfance, sa  jeunesse, en passant par les Clarisses et la Société de Marie Réparatrice, pour aboutir à la fondation de l’Institut des Missionnaires de Marie, qui deviendra plus tard : L’Institut des Franciscaines Missionnaires de Marie.

Parole   prophétique :

Marie de la Passion sentant l’approche de son départ pour aller rejoindre le Seigneur son Dieu dont elle a aimé à la folie ici-bas et de recevoir la couronne de gloire promise aux élus de Dieu dans son Royaume, qu’elle dira cette parole prophétique. ’’ Si l’Institut était mon œuvre, il périrait avec moi, mais c’est l’œuvre de Dieu, il continuera son chemin.’’

Effectivement, l’Institut a continué son développement à travers le monde:

’Il est réellement l’œuvre de Dieu… ‘’Aujourd’hui c’est le 142ème  anniversaire d’existence, malgré la crise que traverse la vie religieuse aujourd’hui, le Seigneur continue son œuvre commencée avec sa servante Marie de la Passion. Nous continuons à rendre grâce au Seigneur l’Auteur souverain de notre Institut. Que son nom soit glorifié à jamais.

VOILA L’ŒUVRE DE DIEU !

[1] Positio    p 460

[2] Cs, Art. 39

[3] Hélène de Chappotin et les FMM   p 115

[4] Lettre Officielle du 8 mars 1882 où elle fait la Relecture des  événements du 1876-1877

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Powered by WordPress | Designed by: search engine rankings | Thanks to seo services, denver colorado and locksmiths